MADAME RABAT-JOIE ET LA CONNERIE HUMAINE.


- Bonjour Madame Rabat-joie, tu trouves vraiment que les humains sont cons ?

- Oui

- Pourquoi ?

- Ils sont soumis à leurs peurs.

- Ça ne les distingue pas des animaux qui obéissent aussi instinctivement à leurs peurs des dangers, de la douleur, de la mort.

- Certes mais à ces peurs physiques, les humains ajoutent des peurs métaphysiques.

- Lesquelles ?

Peur d’être malheureux, de ne pas être aimés, peur de se tromper, peur d’être mal jugés ce qui se ramène à la peur de n’être rien, peur du néant.

- Et ces peurs les rendent cons ?

- Oui, elles les poussent à faire des choses absurdes.

La peur du malheur et de la souffrance plonge dans le malheur et la souffrance par exemple ces parents qui à force de ménager leur petit chéri, l’entraine dans les pires tourments puisqu’il est anéanti à la moindre contrariété qui surgit.

La peur de ne pas être aimé, produit généralement le rejet parce qu’à force de demander de l’amour on devient exaspérant, centré sur soi et personne ne nous aime.

La peur de se tromper paralyse, on veut montrer qu’on est intelligent et on devient complètement con.

La peur d’être mal jugé, nous conduit à donner une image conformiste de nous-mêmes qui est creuse et si les autres nous offrent quelques signes de reconnaissance, intérieurement, ils n’en pensent pas moins. À moins que trop occupés à être bien jugés eux aussi, ils ne se soucient même pas de nous prêter attention.

La peur de n’être rien nous conduit à vouloir prouver que nous sommes quelque chose d’important. Pour montrer qu’on est quelque chose et pas rien on peut dépenser de l’énergie à rabaisser d’autres hommes qu’on traite comme des moins que rien. Il suffit de scroller sur FB pour voir combien c’est un jeu prisé. Pour rabaisser l’autre on peut déployer des trésors de subtilité, on peut aussi commettre quelques massacres moins subtils, en traitant l’autre comme un vulgaire « Stück » . Si quelqu’un nous a traité comme un moins que rien, le jeu c’est de lui montrer que c’est lui le moins que rien. Comme si se croire au-dessus d’un moins que rien nous faisait être, mais le problème c’est qu’au dessus d’un moins que rien, on est encore rien.

- Donc celui qui traite les autres de cons est lui-même con.

- Oui

- C’est donc ton cas Madame Rabat-joie

Oui.

- Mais avec qui je vais dialoguer moi ?

- Avec des cons comme toi et moi.

Suivez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus