Des ateliers en entreprise

 

 

A qui s’adressent ces ateliers ?

  • Aux dirigeants qui souhaitent développer leurs compétences managériales de façon innovante

  • Aux salariés au sein d’équipes de travail qui souhaitent mieux se connaître pour mieux coopérer.

  • Aux salariés qui souhaitent, dans le cadre du comité d’entreprise, développer descompétences dans la prise de parole et enrichir leur culture générale.

 

Dans quel but ?

  • Sortir de la confusion, des mésententes et de l’irrésolution.

  • Ecouter, argumenter et se mettre à distance de soi-même.

  • Prendre conscience des problèmes et envisager des hypothèses de réponses.

  • Appréhender son activité professionnelle avec plus de recul et de sérénité,

      conditions indispensable à la prise de décision et à l’action.

 

Comment se déroule un atelier ?

  • A partir d’une question, d’un texte, d’une image, le groupe argumente et élabore une réflexion collective.

  • Chacun est invité à mieux se connaître lui-même. Il peut vérifier la clarté et la cohérence de ses propos, prendre conscience de son fonctionnement grâce au groupe. 

  • Les différents propos sont examinés par le groupe. Ces propos sont-ils argumentés ? Peut-on y apporter des objections ?

  • L’animateur de l’atelier philosophique ne fait pas un cours. Il veille à maintenir les règles d’écoute et de cohérence de la pensée.

 

Quels sont les avantages de ces outils ?

  • Conceptualiser, formuler des hypothèses et dégager des arguments

  • Dégager les principales problématiques auxquelles nous nous trouvons confrontés.

  • Sortir de la subjectivité.

  • Mieux se connaître et donc être en mesure d’agir sur soi-même.

  • La raison prend le pas sur les luttes stériles d’égo qui minent l’esprit de groupe.

 

En quoi cette approche est-elle originale et inédite ?

  • Elle sort du cadre strictement professionnel.

  • Elle est basée sur la philosophie.

  • Tout en comportant une dimension ludique, elle véhicule des concepts forts et directement utilisables,
    Elle crée un état d’esprit, un comportement.

 

 

Vous dirigez une entreprise. Vous vous sentez utile, vous portez des idées, des objectifs dans lesquels vous mettez du sens. Vous êtes responsable non seulement de vous-même mais aussi du travail d'une équipe et du projet que vous menez. Cette position de leader comporte aussi ses difficultés, difficultés qui font l'intérêt du métier tant qu'elles apparaissent comme des défis qui vous permettent de grandir et non comme des murs insurmontables.

 

Votre travail est exigent car il s'agit d'assumer vos responsabilités, de faire face à vos engagements, de veiller à la concurrence, de trouver de nouvelles idées, et aussi de motiver des salariés qui n'ont pas le même parcours et ne trouvent pas les mêmes enjeux que vous à faire fonctionner et à développer l'entreprise.

 

Vous vous trouvez souvent seul(e) dans votre rôle de chef face à votre équipe. 

Faut-il parler de problèmes humains avec vos collaborateurs puisque vous êtes le chef ? Si, oui, comment le faire ? Ne risquez-vous pas de faire vaciller votre autorité ? Mais d'un autre côté si vous  n'en parlez pas, si le dialogue ne se fait pas, vous risquez de vous trouvez bloqué dans des situations confuses et douloureuses à force d'être lourdes de non-dits.

 

 

La pratique philosophique peut vous aider à y voir plus clair.

En effet, dans un atelier de pratique philosophique chacun apprend à formuler ce qu'il pense et à l'envisager sous l'angle de la raison. Il s'agit non seulement de proposer son point de vue mais aussi et surtout de l'argumenter de la façon la plus objective possible afin qu'il ait du sens aussi pour les autres. Chacun est invité à examiner le point de vue des autres avec ces mêmes critères, les règles de hiérarchie sont momentanément supprimées puisque nous sommes égaux à partir du moment où nous nous appuyons sur la raison identique pour tous.

 

 

L'atelier de pratique philosophique aide aussi chacun à prendre conscience de ses attitudes. Les règles habituelles de politesse n'y ont plus cours lorsqu'elles poussent au conformisme où rien ne se dit. Ainsi,  la personne confuse dans un atelier est-elle renvoyée à sa confusion sans que personne ne "rebondisse" par compassion sur ses propos obscurs. Lorsqu'une personne prend beaucoup de place en s'exprimant à tout bout de champ, lorsqu'une autre au contraire se tient en retrait sans s'impliquer, ou une autre encore se précipite, ou à l'inverse se perd dans les méandres de sa réflexion et de ses doutes, chacune est invité à s'observer du point de vue du groupe et à prendre conscience de ce qui pose problème. Elle progresse ainsi dans la connaissance d'elle-même et dépense son énergie de manière plus productive qu'en masquant ses difficultés.

 

Dans cette pratique : nous pouvons dire les choses le cadre de la raison qui nous protège des excès.

Cette prise de conscience collective et individuelle est une condition pour apporter des changements bénéfiques.

 

Cette approche permet de travailler dans la durée des compétences dont une équipe a besoin au quotidien : questionner, faire des objections sans condamner les personnes, oser critiquer avec des arguments, accepter de recevoir des critiques et de les examiner, produire de nouvelles idées...