Exercice d'autoconsultation philosophique 


"Une vie sans examen ne vaut pas la peine d'être vécue" disait Socrate. En effet si on n'examine pas un peu sa vie on se contente de la subir (ce qui n'est pas désagréable car alors il n'y a pas d'efforts à fournir mais on se laisse balloter et un jour ça finit par faire mal). Examiner sa vie, c'est pénible, pas toujours très plaisant à regarder et ça demande des efforts, mais on peut le voir aussi comme un exercice intéressant et stimulant. Et puis en s'intéressant à soi-même on se met à s'intéresser aux autres qui nous présentent des miroirs plus ou moins déformants de ce que nous sommes.
Donc petit exercice pour ceux qui s'ennuieraient le dimanche et en auraient assez de tromper cet ennui en scrollant sur FB.

L’objectif de l'exercice consiste à accéder à une meilleure connaissance de soi et à travailler sur soi-même grâce au questionnement philosophique. Il ne s’agit pas de servir du langage pour se justifier et confirmer ce que nous pensons comme nous le faisons si souvent, mais plutôt d’observer les limites de ce que nous pensons et de varier les points de vue afin de gagner en lucidité et en liberté.
Pendant cet exercice vous allez vous dédoubler pour être à la fois le philosophe B et la personne A qui vient le trouver.

1. Notez (en tant que personne A) une question qui vous importe en ce moment 
2. Notez (en tant que philosophe B) trois questions qui pourraient faire réfléchir la personne A sur sa question. 
Exemple :

personne A : Pourquoi je suis timide ? 
Philosophe B :

a) Qu’est-ce qui te fait dire que tu es timide ?
b) En général quel est l’intérêt d’être timide ?
c) De quoi la timidité te protège-t-elle ?
3. La personne A choisit alors dans les trois questions celle qui lui permet le plus de réfléchir et de se décentrer (en général c'est la question qui la dérange). Puis elle y répond.
4. À partir de cette réponse le philosophe B pose alors à nouveau trois questions et la personne A choisit à nouveau une des trois questions à laquelle elle répond, etc.
Rédigez ainsi une dizaine de questions/réponses.

Si vous souhaitez un autre regard que le vôtre sur cet exercice, si vous pensez que votre intimité n'a pas besoin d'être préservée à tout prix car elle n'a finalement rien de très exceptionnel, n'hésitez pas à me transmettre vos réponses. Moi-même, un ou une de mes collègues philosophes praticiens passionnés aussi par la compréhension de l'humain, pourront proposer leur analyse sur la qualité de votre autoquestionnement.

  • facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus