PETIT ÉLOGE DU PESSIMISME.


Rien de plus désespérant à mes yeux que l’optimisme actuel, l’injonction à la joie, au bien-être, au bonheur, à l’amour avec toutes les méthodes qui l’accompagnent. Meilleures façons, me semble-t-il, pour ne pas connaître la joie, le bien-être, le bonheur, ni l’amour. Meilleures façons pour plonger rapidement dans la déception, la dépression, la passivité et l’amertume même si le sourire et l'optimisme sont très vendeurs De mon point de vue nous avons toutes les raisons d’être tristes et d’ailleurs, sous un petit vernis de joie, de sourires dissimulateurs et crispés, nous le sommes très souvent en réalité. Si nous connaissons le bien-être ou le bonheur réel, c’est que nous avons de la chance. Une chance que des milliards de personnes n’ont pas ou n’ont pas connue. Une chance qui tournera plus ou moins dramatiquement, mais qui tournera nécessairement, car nous finirons par perdre, souvent dans la souffrance et les tourments de la maladie (quand nous avons la chance que ce ne soit pas de la guerre ou de la pauvreté), ceux que nous aimons, à moins que nous ne mourions avant eux. Peut-être certains d’entre vous se sont-ils arrêtés de lire ici scandalisés que je rappelle de telles réalités ? Mais pourquoi ne supportons-nous pas de regarder la face sombre des choses, pourquoi ne voulons-nous regarder souvent que ce qui brille ? Quant à l’amour qui pourrait nous rendre optimiste, je pense qu’il est un sentiment exceptionnel pour lequel nous autres humains sommes fort mal taillés. La plupart du temps nous sommes animés par des motifs peu avouables alors même que nous nous croyons généreux. Regardez ces parents protecteurs, veulent-ils vraiment le bien pour leur enfant ou ont-ils tendance à enfermer ce dernier dans une posture craintive et méfiante afin de mieux le posséder ? Regardez cette personne qui manifeste à l’égard de votre projet beaucoup d’enthousiasme, cet enthousiasme lui est très agréable sur le moment, mais sur le moment c’est tout. Et vous-mêmes d’ailleurs n’avez-vous pas ressenti ce genre d’enthousiasme qui fait pschitt ? Et celui-là et celle-là ne vont-il pas faire passer leur ambition et leur besoin de reconnaissance avant tout ? C’est le contraire qui serait extraordinaire ! Et toi, penses-tu vraiment que lorsque tu dis qu’il faudrait prendre le temps de la réflexion, de l’examen, du questionnement, penses-tu vraiment que nous autres humains avons de telles disponibilités ? Mais tu t’illusionnes, la plupart du temps ne sommes-nous pas tous, y compris toi-même, poussés par l’angoisse d’exister et par toutes sortes d’urgences qui nous empêchent de voir ce qui importe. C’est l’inverse qui est exceptionnel ! Pourquoi dès lors être déçus et amers, pourquoi donc se décourager et se lamenter ? La tristesse, la souffrance, la bêtise, l'égoïsme, l'indifférence sont tout à fait normaux et font partie de notre condition d’humain. Pourquoi s'en désoler ? C’est l’inverse qui est exceptionnel et le pessimiste ne manque pas de s’en réjouir quand d’aventure il se produit.

Suivez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus