QUELQUES PROBLÈMES DANS NOS ARGUMENTS.


2. LES AUTRES LE FONT AUSSI ET MÊME EN PIRE !

- Pourquoi ne déclares-tu pas ce revenu ?

- Il y a plein de gens qui le font aussi, sans parler de ceux qui profitent des paradis fiscaux !

Problème : absence d’argument, si les erreurs ou les manquements des uns justifiaient ceux des autres, personne ne serait condamnable.

Pourquoi on s’en sert ? : sert à ne pas assumer sa responsabilité sous prétexte d’égalité de traitement.

3. FATALISME

- Pourquoi es-tu timide ? ou Pourquoi te mets-tu en colère ?

- Parce que c’est dans ma nature.

Problème : cette réponse peut tout justifier. Elle fait comme s’il ne pouvait en être autrement, déterminisme qui justifie et excuse tout. Là encore refus d’assumer une responsabilité.

Pourquoi on s’en sert ? : clôture du dialogue, si je ne peux faire autrement inutile d’en parler ou de chercher à changer les choses.

4. RELATIVISME, TOUT SE VAUT

- Penses-tu qu’il faille se fier à sa première impression ?

- Ça dépend.

Problème : cette réponse n’en est pas une. Elle est indéterminée à toutes les questions on peut répondre par : ça dépend. Cette réponse est tellement vague qu’elle n’est ni juste ni fausse. Ou alors il faudrait préciser de quels facteurs précis cela dépend.

Pourquoi on s’en sert ?: la personne qui donne cette réponse ne s’engage pas et ne se positionne pas, c’est une façon pour elle d’échapper. La discussion s’arrête là puisque la réponse ne donne prise à aucune critique.

5. TAUTOLOGIE

- Pourquoi dis-tu que tu es libre ?

- Parce que je suis libre, c’est comme ça !

Problème : aucun concept nouveau n’est apporté. La réponse s’appuie sur une fausse évidence qui n’est pas argumentée.

Pourquoi on s’en sert ?: celui qui se contente de répéter les termes de la question dans sa réponse refuse d’argumenter. Il veut imposer son point de vue d’une façon autoritariste ou capricieuse.

6. ARGUMENT INDÉTERMINÉ

- Pourquoi préfères-tu la campagne à la ville ?

- Parce que c’est beau, tout simplement.

Problème : l’argument est indéterminé car on pourrait répondre la même chose pour la ville. Ou alors il faudrait préciser et montrer ce que la campagne peut avoir de plus beau que la ville..

Pourquoi on s’en sert ?: s’appuyer sur un mot chargé d’affects : la beauté et bloquer ainsi la réflexion.

7. ARGUMENT AD PERSONAM

- Pourquoi penses-tu que ça n’a pas de sens ?

- C’est Arthur qui l’a dit et rien de ce qu’il dit n’a de sens !

Problème : cette réponse parle de l’auteur de l’argument mais ne dit rien de son argument.

Pourquoi on s’en sert ?: Celui qui utilise l’argument ad personam, détourne les esprits de l’intérêt pour les idées en se focalisant sur leurs auteurs, mais de la sorte il les plonge dans les affects (sentiments divers d’amitié, de haine, de mépris qu’on peut avoir pour des personnes) et empêche la réflexion.

8. GLISSEMENT DE SENS

- Le droit d’expression doit-il être limité ?

- Non, parce que chacun est libre de penser ce qu’il veut.

Problème: l’argument comporte un glissement de sens, le passage de la liberté de penser à celle de s’exprimer n’est pas automatique. Il a a peut-être des pensées que nous ne pouvons pas légitimement exprimer.

Pourquoi on s’en sert ?: il est probable que le glissement dû à une précipitation ne soit pas conscient. On répond à une question qui nous plait davantage que celle qu’on nous pose.

9. L’HABITUDE OU LA TRADITION

- Pourquoi mangez-vous à 12H30 ?

- Parce que nous avons toujours fait comme ça.

Problème : l’habitude ou la tradition ne sont pas une raison qui justifient de faire telle ou telle chose. Il y a des traditions ou des habitudes qu’on peut juger mauvaises pour des raisons morales (exemple : l’excision, les châtiments corporels, l’agriculture intensive qui est pratiquée depuis plus de 50 ans). Cette réponse nous dit juste que nous répétons une façon de faire, elle la décrit mais ne dit pas pourquoi on le fait.

Pourquoi on s’en sert ?: une telle réponse permet de ne pas changer l’ordre des choses, son auteur n’imagine même pas que d’autres façons de faire soient possibles.

10. APPEL À L’ÉVIDENCE

- Pourquoi dis-tu qu’il ne faut pas être ambitieux ?

- Mais enfin c’est évident ! Tu trouves ça bien toi de marcher sur la tête des autres !

Problème : un lien est établi entre être ambitieux et marcher sur la tête des autres. Il est affirmé comme une évidence mais il n’est pas questionné. Pourquoi être ambitieux serait marcher sur la tête des autres ? L’égoïsme et l’immoralité sont-ils inscrits dans le concept d’ambition ? Ce n’est pas évident car on peut être ambitieux vis-à -vis d’un projet commun.

Pourquoi on s’en sert ?: l’appel à l’évidence empêche l’autre de réfléchir en le paralysant, si c’est évident comment se fait-il qu’il ne comprenne pas ? On peut aussi utiliser la formule : “mais c’est pourtant très simple!”.

Suivez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus